Forum des écoles russes en France à l’occasion de la Journée mondiale des enseignants

Compressed file

Le 22 octobre, des représentants d’une trentaine d’écoles d’enseignement complémentaires russes de Paris et de ses banlieues, ainsi que de Strasbourg, Bordeaux et d’autres villes de France, se sont réunis au Centre de Russie pour la science et la culture à Paris pour participer à un séminaire thématique et à une table ronde.

Cette réunion a été organisée à l’occasion de la Journée mondiale des enseignants, à l’initiative du Conseil de coordination du Forum des russes de France et du CRSC.

La soirée a commencé par un séminaire spécialisé « D’où vient l’accent et comment le corriger ? Théorie et pratique de l’enseignement ». Son auteur, docteur en philologie et professeur as-socié du département d’études slaves de l’Université Bordeaux-Montaigne Svetlana Séville, a expliqué aux enseignants comment aider les enfants français et bilingues à apprendre les sons russes et à corriger l’accent en se basant sur des principes des contrastes phonétiques et d’autres recommandations méthodologiques.

Le module thématique suivant a porté sur des défis majeurs actuels auxquels sont confrontés les écoles russes en France. Les « commandants » de l’éducation en langue russe pour enfants – représentants des écoles les plus expérimentées et réputées – ont été invités à un échange de vues lors d’une table ronde sur le thème « Enseigner la langue russe en France : projets pour 2019–2020, défis actuels et moyens de les relever ».

Un dialogue constructif a eu lieu avec la participation des représentants du CRSC : le directeur, Konstantin Volkov, les chefs de sections, Anna Zvereva et Marina Ignatyeva, la directrice des cours de langue russe, Olga Sekletova. La coprésidente de la Commission de l’éducation et de la langue russe et de la Commission des relations scientifiques avec la Russie du Conseil de coordination du Forum des russes de France, Svetlana Séville, ainsi que les directeurs et ensei-gnants d’écoles, de collèges et de lycées ont formulé leurs observations et présenté leurs points de vue. Plusieurs questions ont été soulevées, notamment relatives à l’enseignement du russe comme langue étrangère aux écoliers, collégiens et lycéens ; aux problèmes des sections russes de lycées internationaux ; à l’amélioration du système de fourniture de manuels sco-laires aux écoles ; à la possibilité d’organiser des cours de russe avec un niveau de langue avancé pour les enfants russes et bilingues.

L’importance d’unir les efforts des enseignants travaillant dans le pays pour développer des programmes communs d’enseignement de la langue russe en France a été soulignée.

Il a été décidé de poursuivre une coopération étroite avec le CRSC et d’organiser des sémi-naires thématiques réguliers pour améliorer la qualification des enseignants de russe. L’idée d’organiser ce forum chaque année dans le cadre d’une fête professionnelle des enseignants a été approuvée.

À la fin de la table ronde, Konstantin Volkov a félicité les participants à l’occasion de leur fête professionnelle, en leur souhaitant beaucoup de réussite dans le travail. Il a également décer-né des diplômes et éditions au nom de l’Agence fédérale Rossotroudnitchestvo et du CRSC aux enseignants et aux écoles qui fêtent leurs anniversaires cette année. Il a en particulier souligné la contribution des participants récompensés à la promotion de la langue et de la culture russes en France, la réussite dans l’éducation de la jeune génération et la participation active aux événements du Centre de Russie pour la science et la culture à Paris.

Ce soir-là, Mme Gallo (« Antochka », Versailles), Mme Kochar (« Les voiles écarlates », Paris), Mme Modebadze-Grand (« Bordeaux-Caudéran », Bordeaux), Mme Santinelli (« Preludia », Saint-Germain-en-Laye), Mme Sakhi (« Linguarik », Poissy) et Mme Sizova (« Malenkaïa stra-na », Strasbourg) ont reçu des diplômes.

Parmi les écoles, ont été récompensées « Les voiles écarlates » (Paris), « Aprelik » (Paris), « Galaxy » (Boulogne-Billancourt), « Linguarik » (Poissy) et « Chag za Chagom » (Vanves).