La première édition du Salon d’art de jeunes artistes russes à l’étranger s’est tenue sur la plateforme web de la Maison russe à Paris

Compressed file

Le 2 mars, une conférence artistique s’est tenue sur la plateforme web de la Maison russe des sciences et de la culture à Paris (anciennement Centre de Russie pour la science et la culture) dans le cadre de la première édition du Salon « Art de jeunes Russes à l’étranger ».

L’objectif que se fixe le nouveau projet de la MRSC est de fournir à nos compatriotes en France leur propre site d’exposition, où ils se sentiront à l’aise, et où ils pourront présenter leurs œuvres, échanger des points de vue et des projets créatifs.

L’événement a été organisé conjointement par la MRSC et les commissaires du Salon : Nikita Dmitriev (Paris), critique d’art, correspondant des journaux « Le Figaro » (France), « The Art Newspaper » (Grande-Bretagne) et « Literatournaïa gazeta » (Russie), Daria Sourovtseva, sculpteur d’art contemporain, artiste de la liste « Top–100 des artistes russes d’art contemporain » et Rouslan Setski, expert en art de la MRSC à Paris, artiste-peintre, enseignant.

Le 1er mars, une exposition virtuelle de 8 jeunes artistes talentueux de Russie qui exercent avec succès leur travail créatif en France a été inaugurée sur le site de la MRSC.

Des artistes russes célèbres, des historiens de l’art et des enseignants ayant une vaste expérience dans l’organisation et la participation à des expositions de jeunes et des salons d’art ont été invités à discuter des œuvres présentées et de la créativité de jeunes artistes.

L’opinion faisant autorité a été exprimée par Kirill Gavriline, docteur en histoire de l’art, professeur, chef du département d’Histoire de l’art et des sciences humaines de l’Académie d’Etat des Arts et de l’industrie Sergueï Stroganov de Moscou (MGHPA), travailleur émérite de l’enseignement professionnel supérieur de la Fédération de Russie.

La réunion s’est poursuivie avec l’intervention de Daria Kamychnikova, artiste, designer, directrice de recherche, responsable du pôle d’actions culturelles et éducatives auprès des enfants et des jeunes du Musée d’Arts modernes de Moscou. Elle est à la tête du programme d’expositions du musée destiné aux jeunes artistes « Début », commissaire permanente de l’exposition annuelle du jeune art « Masterskaïa (Atelier) ». En 2008 et 2010, elle participe à l’organisation de la 1èreet de la 2ème Biennale internationale de Moscou pour l’art jeune « Stop ! Qui va là ? ». En 2008, dans le cadre du groupe de coordination de la 1ère Biennale internationale de Moscou pour le jeune art « Stop ! Qui va là ? », elle a été nominée pour le prix « Innovation ». Elle est participante à l’exposition annuelle de jeunes artistes « Masterskaïa (Atelier) », la plus grande exposition de jeunes artistes travaillant dans le domaine de l’art contemporain en Russie.

Anna Mapolis, critique d’art, traductrice, collaboratrice du département scientifique de la Galerie d’État Tretiakov a également pris part à la conférence. L’invitée de la MRSC est l’auteur d’articles et de conférences sur l’histoire de l’émigration artistique russe, coordinatrice de projets dans le domaine de l’art contemporain de la Galerie d’État Tretiakov, de la Biennale d’art contemporain de Moscou, de la Biennale internationale de Moscou pour l’art jeune et d’autres.

Le critique d’art Sergueï Popov était également présent au Salon en tant qu’invité d’honneur. Auparavant assistant de recherche à la Galerie d’État Trétiakov, il enseigne aujourd’hui l’art contemporain à l’Institut d’architecture de Moscou. Il est créateur, propriétaire et directeur de la galerie Pop / off / art à Moscou.

Représentants de divers genres et styles d’art contemporain qui ont grandi dans leur patrie ou, au contraire, l’ont quitté dans leur enfance, les participants à l’exposition ont pris une part active à la discussion sur la relation entre les concepts de l’art contemporain et la culture russe. Artistes et experts ont discuté de la définition de la « russité » dans un contexte artistique global, de la profondeur inépuisable de ce concept, de son omniprésence et de l’impossibilité de donner sa définition exhaustive ni en art visuel, ni en littérature, ni en musique.

Au cours de la discussion, une réflexion opposant la culture russe à l’art contemporain a été résolument désapprouvée, la continuité historique des efforts des institutions culturelles d’État russes à l’étranger pour soutenir leurs compatriotes, ainsi que l’absence de raisons d’antagonisme entre l’artiste et l’État ont été soulignées. L’attention de la communauté artistique internationale à l’origine russe de certains artistes a été constatée.

Le plus grand intérêt des participants et des spectateurs du Salon suivi depuis plusieurs villes de France et de Russie a été suscité par les captivantes « cartes de visite vidéo » présentant les participants et leurs œuvres.

Les lauréats du premier Salon étaient Maria Vinogradova (sculpture), Anna Zoria (peinture, installation), Daria Ilyina (multimédia), Alla Kirilova (peinture, installation), Kamilia Kouspanova (photographie), Alice Nikolaeva (sculpture, installation), Nikita Sorokine (compositeur, chef d’orchestre, pianiste), Ilya Fedotov-Fedorov (installation, sculpture).

Ces jeunes compatriotes représentent aujourd’hui l’art russe en France, au Kazakhstan, au Canada et en Suisse.

Résumant les résultats de la conférence, le directeur de la MRSC Konstantin Volkov a hautement apprécié la qualité des œuvres présentées et le niveau professionnel de la discussion et a invité les participants à poursuivre la coopération dans le cadre du Salon « Art de jeunes Russes à l’étranger » qui a confirmé sa pertinence. Il a également réaffirmé la possibilité de la Maison russe d’apporter son soutien aux jeunes artistes dans la réalisation de leurs vidéos et d’autres supports de présentation dans ses magnifiques espaces d’exposition.

L’enregistrement complet de la réunion en ligne en russe et en français est publié sur le site web et la chaîne YouTube de la MRSC.